hirondelles

Au fil des saisons

Dans la réserve, les oiseaux ne passent pas leur vie à attendre que le public vienne les observer… Ils vaquent à leurs occupations vitales suivant des fréquences qui leur sont propres et qui peuvent varier tant au fil des saisons que de la journée. Lorsque les conditions climatiques s’orientent vers les extrêmes (température dépassant les 28 à 30°C ou inférieures à -5°C), les oiseaux modifient encore leur quotidien pour résister à ces phénomènes. Par forte chaleur ils se tapissent à l’ombre ou dans les coulées d’air qui les rafraîchissent, par temps froid ils désertent les plans d’eau gelés… Pour espérer les observer dans les meilleures conditions, il faudra donc au visiteur s’adapter lui-même aux rythmes des oiseaux…

Sédentaires, hivernants, migrateurs partiels ou complets, il y en a pour tous les goûts dans la nature… Une même espèce, comme le Héron cendré par exemple, peut se voir considérer comme « sédentaire » car présent toute l’année et nichant sur place. Mais dans le détail il faudra aussi en distinguer les individus nordiques qui passent ici et poursuivent leur chemin vers l’Afrique, et encore ceux arrivant du nord de l’Europe pour passer tout l’hiver sur le bassin d’Arcachon. Le Héron cendré en tant qu’espèce, est tout à la fois sédentaire, migrateur et hivernant… Donc dans la réserve, tous les jours ou presque, et particulièrement en période de migration, le peuplement des oiseaux se modifie, et la « liste des oiseaux présents » fait de même… Pour le visiteur, toutes les saisons sont intéressantes, car toutes délivrent des spectacles qui ne se retrouveront pas dans les semaines ou les mois qui suivent.

 
gravelot

D’une marée à l’autre

La réserve borde le bassin d’Arcachon, et en particulier le secteur de cette lagune occupé par d’immenses vasières qui découvrent à marée basse. Cette situation privilégiée permet à des milliers d’oiseaux de se réfugier à marée haute sur les reposoirs de la Réserve, pour en repartir vers les vasières dès que la marée redescend. Ce mouvement pendulaire interviendra de jour comme de nuit, car un cycle complet de marée dure environ douze heures, et se décale d’une heure tous les jours… D’août à mai en particulier, le visiteur devra donc tenir compte du rythme des marées pour optimiser sa venue. Un calendrier très précis est proposé pour l’année en cours dans la rubrique « Ma visite ».

 
spatules_bois

De jour comme de nuit

L’alternance du jour et de la nuit (ou cycle nycthéméral) est un phénomène qui influence les comportements de la grande majorité des espèces d’oiseaux. Ces derniers sont majoritairement diurnes, et donc se posent pour dormir la nuit. Cependant d’autres s’affranchissent de cette contrainte, en vivant par exemple au rythme des marées, et d’autres encore, mais plus rares sont surtout nocturnes (Bihoreau gris). L’arrivée de la nuit modifie ainsi les attitudes des oiseaux qui vont bien souvent se regrouper en « dortoirs » jusqu’au lendemain. Les heures « entre chien et loup », le matin comme le soir, sont l’occasion d’observer des spectacles uniques sur la Réserve, comme les regroupements de la Spatule blanche, du Grand Cormoran ou de la Grande Aigrette. Pour les abonnés, un « calendrier des heures d’ouvertures privilégiées » permet de savourer ces instants quelques jours dans l’année.

 
 

110 hectares
d'espace naturel

323 espèces
observées

Avril 1972
ouverture au public

3000 heures
d'ouverture/an